Odysseas Yiannikouris est architecte diplômé de l’ENSA de Clermont-Ferrand en 2006.

Fils de Constantin et Katerina Yiannikouris, couple tchéco-chypriote d’artistes installé en France, il grandit entre peintures et tapisseries, avec à sa fenêtre les paysages d’Auvergne.

Né en 1984, son intérêt pour les thèmes de l’écologie, du climat et de l’énergie trouve son origine au cœur d’une génération qui a été bouleversée de catastrophes. Si Tchernobyl est attaché a la mémoire collective de cette décennie, le souvenir de la guerre de 1991 est chez lui plus personnel. Alors que les journaux diffusent les incendies du Koweit et les frappes de la coalition, les Jaguars de l’armée française s’entrainent au-dessus de l’Allier, et volent vite et bas à quelques mètres de chez lui. C’est dans ces sauts d’échelles et de perceptions, entre artistes européens et campagne française, entre mur du son et nuages noirs au Moyen Orient, que naissent deux thèmes fondateurs de sa pratique : l’hybridité des identités, et le lien moderne entre violence et Nature.

Marqué par Andrea Branzi, Gilles Clément, Beb Deum, par la pensée des urbanistes situationnistes et par la lecture d’Ulysse de James Joyce, l’idée que chaque espace trouve son expression entre une identité locale et la manifestation d’une mobilité planétaire est l’ambition développée dans chacun de ses projets. Ses recherches, motivées par son attachement aux complexités des problématiques de l’écologie font état d’un moment particulier où l’homme serait capable de s’abandonner aux exigences d’une Nature devenue elle-même violente.

 

En 2007, il poursuit sa formation à Paris, en collaborant dans l’agence d’architecture Obras de Frédérique Bonnet. Puis de 2009 à 2017 il travaille comme chef de projets à l’AUC de Djamel Klouche où il se trouve au contact de personnalités reconnues des domaines des arts, de la technique, du paysage et de l’économie des territoires. En parallèle depuis 2012, il développe ses travaux personnels, et s’installe à son compte en 2017.

En 2017/18, il est pensionnaire de la Villa Médicis où, en collaboration avec Alessandra Monarcha, il poursuit une recherche sur le thème des substances de l’énergies et de leurs potentiels culturels. Forts de leurs expériences et de leurs connaissances fines des stratégies de projet, et usant de leurs sensibilités plurielles et du regard critique qu’ils portent à leur discipline, leur production est devenu celle de l’amateur : un assemblages de textes, de matériaux picturaux et sculpturaux ; les produits intuitifs mais éclairés de ceux qui ne peuvent pas se satisfaire du champ de leurs connaissances et désirent le questionner. Ainsi ils s’inscrivent dans un mouvement a-disciplinaire grandissant de jeunes professionnels, artistes et penseurs attachés à réformer les enjeux et les moyens du monde contemporain. A la Villa Médicis, ils réalisent plusieurs installations qui interrogent notre perception de la nature et du lien entre écologie et culture.

 

L’altro lato della città

Odysseas Yiannikouris et Alessandra Monarcha sont architectes et urbanistes. En octobre 2017, ils extraient 4 tonnes de terre des jardins de la Villa Médicis et mettent à jour les racines d’un pin bicentenaire, coupé quelques mois auparavant. Présentée à l’occasion de la Nuit Blanche de la Villa Médicis 2017, L’altro lato della Città est une installation intuitive qui s’inspire d’une première impression des paysages de Rome et de l’Agro Pontino. Depuis janvier 2018, ils collaborent tous deux avec la photographe et vidéaste Simona Belotti à la narration de ce territoire.

Odysseas est investi dans une recherche sur l’écologie et les présences de l’énergie dans les paysages au-delà des villes. Des dix années d’une pratique professionnelle engagée, il tire aujourd’hui le désir d’en donner de nouvelles perspectives, par une approche plastique et narrative des conditions technologiques de nos énergies. Et peut-être alors, donner à ce sujet un souffle heureux et léger.

Retrouvez Odysseas Yiannikouris dans l’exposition

Dimanche 30 septembre
Déambulation dans la Villa Méditerranée : un projet d’Alessandra Monarcha et Odysseas Yiannikouris