Né en 1975 à Santiago du Chili, Roque Rivas suit des études de composition électroacoustique et d’informatique musicale au Conservatoire national supérieur musique et danse de Lyon avant d’entrer dans la classe de perfectionnement en composition d’Emmanuel Nunes au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris. De 2006 à 2008, il suit les deux années du Cursus de composition et d’informatique musicale de l’IRCAM. En 2011, Roque Rivas participe à l’Atelier Opéra en création au Festival d’Aix-en-Provence sous la direction du compositeur Peter Eötvös. Ses œuvres sont jouées par des ensembles et interprètes tels que l’Ensemble Intercontemporain, Asko|Schoenberg Ensemble, London Sinfonietta, Ictus Ensemble, Remix Ensemble, Les cris de Paris, et sont présentées dans des festivals et musées tels que la Biennale di Venezia, Gaudeamus Muziekweek, Festival Ars Musica, Festival Manifeste, Festival Musica, Grand Palais à Paris, Centre Pompidou, Centre Pompidou Metz, Museo Reina Sofía à Madrid, Maxxi à Rome, ZKM à Karlsruhe, etc. Il est pensionnaire à l’Académie de France en Madrid, Casa de Velázquez de 2015-2016 et à l’Académie de France à Rome, Villa Médicis de 2017 à 2018.

 

Conical Intersect, pour basson et dispositif électroacoustique Roque Rivas

En 1975, Gordon Matta-Clark réalisait à Paris, dans le cadre de la Biennale, une œuvre intitulée Conical Intersect qui consistait à découper une forme de cône géant dans deux maisons voisines du Centre Pompidou, dans le quartier des Halles. Au-delà de l’aspect formel, cette pratique était destinée à libérer les espaces d’habitations de leurs contraintes sociales et utilitaires. Le film, Conical Intersect, capture de façon splendide la complexe coupe en spiral de Matta-Clark, qu’encadre dynamiquement le chantier du nouveau Centre Pompidou. L’artiste a comparé l’ensemble à un spectacle de « son et lumière » qui devait être témoin des divers changements de lumières pendant la journée, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur. La forme a été conçue comme un contrepoint à l’imposante toile de fond du Centre Pompidou. La pièce musicale du même titre est inspirée de la rencontre, ou plutôt de l’étrange juxtaposition, survenue en 1975, entre les architectes créateurs du Centre Pompidou (Renzo Piano et Richard Rogers) et l’« anarchitecte » américain Gordon Matta-Clark. De la même façon, cette pièce musicale utilise le contraste, pour le moins baroque, entre sonorités high-tech, un instrument conique (basson) et des textures rudimentaires (réutilisation d’objets sonores), empruntés aux bruits de la rue, usines et constructions. La pièce est dédiée à la mémoire de Joe Zawinul.


Samedi 29 septembre
Performance musicale de Roque Rivas