Violaine Blaise

Restauration  Villa Kujoyama

Violaine Blaise est restauratrice du patrimoine, spécialisée en arts textiles. Depuis plusieurs années elle étudie plus spécifiquement les problématiques liées aux textiles anciens employés au Japon, entre autres pour le montage des oeuvres graphiques. Son travail de recherche initié à la villa Kujoyama, concerne les tissus dits inkin, réalisés selon des techniques d’impression à la feuille d’or à travers un pochoir, et aujourd’hui disparues. Originaires de la Chine des Song du Sud, les tissus inkin ont été importés en grand nombre au Japon aux alentours du 15e siècle, avant de disparaître du marché. Ils ont alors fait l’objet de nombreuses imitations locales, et ont été collectionnés avec ferveur. Du fait de leur rareté et peut-être aussi du mystère qui entoure leur fabrication, les tissus inkin occupent aujourd’hui la première place dans la hiérarchie des tissus de montage des oeuvres graphiques.

Le projet, articulé autour de deux axes, a consisté d’une part à effectuer des recherches sur les techniques originales de fabrication des tissus inkin, en partie de manière expérimentale en tentant d’en effectuer des reconstitutions, et d’autre part, à proposer des techniques permettant de produire à nouveau des tissus inkin qui soient adaptés au montage des oeuvres anciennes ou à la création contemporaine.