Programmation

Parole - Performance Musique - Cinéma

Programme

En contrepoint de la présentation des travaux des résidents dans les ateliers et les jardins de Norvins, le Festival ¡ Viva Villa ! propose des débats et entretiens qui permettront d’interroger la question de la recherche et de la création artistique et celle bien entendu des résidences d’artistes. Seront ainsi programmées des rencontres entre pensionnaires des différentes résidences dont les travaux forment échos. De nombreux invités participeront aux débats, tables-rondes et entretiens auxquels le public est convié. Ils seront organisés dans des temps résolument conviviaux, clôturés par des déjeuners et apéritifs.  Ils seront rythmés par une programmation de concerts, de films et de performances. 

 

MUSIQUE 

Le festival ¡ Viva Villa !  invite les musiciens de ses institutions à déplacer les frontières de l’écoute et à faire découvrir au public les dernières créations des compositeurs reçus en résidence dans un cadre inédit : celui des jardins du site Norvins de la Cité internationale des arts. La performance d'Alvise Sinivia lors de l'ouverture, les concerts de Benjamin Attahir et Francesca Verunelli, durant la carte blanche de la Villa Médicis et les pièces de Juan Arroyo, Lucas Fagin et Keita Matsumiya lors de de la journée consacrée à la Casa de Velazquez témoignent de l’énergie de la musique contemporaine au cœur de ces institutions. 

PERFORMANCE 

Alvise Sinivia, Elise Eeraerts, Benjamin Testa, Kenny Dunkan, Simon Rouby, Rafaël Lain et Angela Detanico, Laëtitia Badaut Haussmann, François-Xavier Richard, Héléna de Laurens, Jackson, activent leurs œuvres et donnent vie à des performances dans les espaces d’exposition et les jardins nous entrainant dans des univers singuliers, voire radicaux. ¡ Viva Villa ! offre aux spectateurs l’occasion de découvrir la vitalité de la scène des artistes soutenus par ses institutions, permettant à chaque discipline de déborder de son cadre et de laisser surgir par des déplacements et des transitions, toute la force de leurs œuvres. 

CINEMA 

Dans le cadre de leurs résidences les cinéastes ont pu réaliser des films qui échappent à toute classification.  Chaque année dans l’univers du cinéma se développent au Japon, en Espagne et en Italie des recherches innovantes et ambitieuses permettant de créer et de tisser des liens entre le cinéma et d’autres territoires d’expérimentation. Une programmation de films et de projections en témoigne à travers les films de Jean-Charles Fitoussi, Damien Odoul et Quentin Ravelli.

ECRITURES ET VISION 

Ecriture et vision souvent se rencontrent, se chevauchent, s’articulent, se confrontent. ¡ Viva Villa ! a ainsi invité des écrivains et des photographes à confronter leurs expériences. Lancelot Hamelin et Marianne Wasowska confrontent leurs approches du rêve et de l’image onirique. Audrée Wilhelmy construit sa pratique en s’intéressant à la fonction de l’image dans son travail d’écrivaine. Un long après-midi de débat et une soirée de lectures explorent ces rapports et ces écarts.  

Samedi 30 Septembre

Cité internationale des arts - 16 rue Girardon, 75018, Paris

Programme

Samedi 30 Septembre

Carte Blanche à la Casa de Velázquez

  • 12h-12h30 : Présentation de la Casa de Velázquez – Académie de France à Madrid et témoignages d'anciens résidents par son directeur Michel Bertrand
 
  • 13h30 - 15h : Déjeuner / rencontre avec les compositeurs de la Casa de Velázquez – Juan Arroyo, Lucas Fagin et Keita Matsumiya
 
  • 15h - 16h : La Casa de Velázquez et l’Espagne /  La Casa de Velázquez et la recherche
 
  •  16h – 17h : Concert de Juan Arroyo, Lucas Fagin et Keita Matsumiya interprété par le Quatuor Tana
 
  • 17h - 18h : La Casa de Velázquez et l’Académie des Beaux-Arts
 
  • 18h - 19h : Apéritif avec Juan Arroyo et Fabien Houlès, musicologue spécialiste des musiques du XXe siècle à aujourd’hui.  
 
  • 20h - 21h30 : rencontre avec Benjamin Testa - Résident Casa de Velázquez et Simon Rouby - Résident Villa Médicis / Les possibilités multiples du regard artistique  Qu’est-ce qui se joue de crucial dans la création lorsqu’elle nous met en relation avec l’espace ?Benjamin Testa, artiste au travail complexe et protéiforme qui croise dans sa pratique plusieurs disciplines, explore l’espace et ses représentations invitant le public à réinterroger le rapport – physique et mental - au paysage et à l’architecture. Simon Rouby explore à son tour des territoires en devenir revendiquant plusieurs méthodes d’exploration artistique et rapproche sa pratique de cinéaste en 3D de celle des géographes. Son intérêt pour le paysage lui permet de chercher à l’aide des nouvelles technologies des interstices sensibles tant dans son projet de film que dans ses installations.   Peut-on à leur sujet évoquer l’existence d’une tentative de donner vie à une géomorphologie du territoire et de l'esprit ? Comment émergent des zones de libertés dans la grammaire qu’est le monde si au moment où les artistes l’investissent, ils ne le figent pas dans leur regard mais le libèrent dans ses multiples possibilités ?
 

Dimanche 1er octobre

Cité internationale des arts - 16 rue Girardon, 75018, Paris

Programme

Dimanche 1er Octobre

Carte Blanche à l'Académie de France à Rome - Villa Médicis

  • 12h - 12h30 : introduction par Muriel Mayette-Holtz, directrice de l’Académie de France à Rome - Villa Médicis
 
  • 12h30 - 13h30: rencontre avec l’artiste Eva Jospin
 
  • 13h30 - 15h : déjeuner et rencontre avec les pensionnaires de la Villa Médicis
 
  • 15h - 16h : présentation de l’Académie de France à Rome - Villa Médicis/ la Villa Médicis et de son programme d’exposition avec Chiara Parisi/ la Villa Médicis et sa programmation culturelle avec Cristiano Leone et Odile Decq
 
  • 16h - 17h : le compositeur Benjamin Attahir en concert, avec les musiciens intérprètes Geneviève Laurenceau, Raquel Camarinha, Yoan Héreau, Vladimir Dubois et le Trio Zadig.Benjamin Attahir présente Asfar (2016) interprété par le Trio Zadig, Some ways to loose (it) (2011) par le Duo Zadig, Swimming is NOT Saving - (2017), première française par la violoniste Geneviève Laurenceau, De l'ineffable (2013) en première mondiale avec Raquel Camarinha & Yohan Hereau - première mondiale et Wa Al-`Asri (2017) interprété par le cor solo de l'Opéra de Paris Vladimir Dubois.
 
  • 17h30 - 18h30 : Bruno Racine en dialogue avec Muriel Mayette-Holtz
 
  • 18h30 - 20h: apéritif et témoignages des artistes de la Villa Médicis
 
  • 20h - 20h30 : activation de la vidéo installation de  Simon Rouby sur l'oeuvre de la compositrice  Francesca Verunelli
 
  • 20h30 - 21h30 : Francesca Verunelli et Federico Nicolao, une conversation.   A l’occasion de son concert à ¡ Viva Villa ! Francesca Verunelli se prête à l’exercice complexe de la conversation acceptant une invitation au dialogue sur sa musique que lui adresse au delà des barrières qui séparent leurs disciplines, le philosophe Federico Nicolao. L’impossibilité de parler de la musique ailleurs qu’en musique, la question du temps, son rapport éblouissant à la littérature et sa passion pour l’orchestre symphonique, l’énigme du rythme, l’importance de la phrase, la portée de la technique et des matériaux dans l’invention de son langage, ne sont que quelques-unes des préoccupations au centre de l’univers sonore de Francesca Verunelli : elles en irriguent la pratique ; la conversation cherchera à les faire émerger.

Fermeture

Programme

Lundi 2 Octobre

Le festival sera fermé la journée du lundi.

Mardi 3 octobre

Cité internationale des arts - 16 rue Girardon, 75018, Paris

Programme

Mardi 3 Octobre

Restauration, Ecriture et Vision

  • 12h - 13h30   : table ronde sur les questions de la restauration du textile avec Violaine Blaise - Résidente Villa Kujoyama - et Stéphanie Ovide - Résidente Villa Médicis. avec la présence d'Aurelia Chevalier et Maximilien Durand.    Violaine Blaise et Stéphanie Ovide sont restauratrices du Patrimoine spécialisée dans le textile.  Les deux restauratrices utilisent des protocoles de restauration différents et s’intéressent à des domaines distants mais tirent toutes les deux profit du fait que les processus techniques qu’elles utilisent, sont traités différemment de pays en pays. Elles en parlent lors d’un déjeuner qui prend la forme d’une table ronde. Il est extrêmement rare de trouver la même année dans deux académies deux artistes travaillant sur la restauration du textile. D’autres interlocuteurs, venant d'autres domaines, se joignent au déjeuner pour discuter de la mémoire du corps et de la vie des vêtements après l'abandon des corps.
  •  18h - 19h  : Ecriture et vision, rencontre avec Audrée Wilhelmy – Lauréat Fondation Jean Luc Lagardère (2013)                                                                                                                                                                          Audrée Wihelmy est une écrivaine québécoise invitée dans le cadre du festival ¡ Viva Villa ! à l'occasion de la parution de son troisième roman Le corps des bêtes. Lauréate en 2013 de la bourse de la fondation Jean Luc Lagardère, Audrée s'intéresse dans ses projets d'écriture à la fonction de l'image dans le travail de l'écriture ainsi qu'aux différentes étapes de la conception et de la rédaction des œuvres romanesques.
 
  • 19h30 - 20h : Lecture des rêves par Lancelot Hamelin et Duncan Evennou
  • 20h - 21h30 : explorations oniriques  / dialogue entre Lancelot Hamelin – Résident Villa Médicis - et Marianne Wasowska - Résidente Casa de Velázquez. Lancelot Hamelin et Marianne Wasowska proposent d'explorer les rêves et les forces qu'ils recèlent ; à travers leur pratique ils essayent d'en matérialiser les images, l'un à travers la littérature et le théâtre, l'autre à travers des installations et la photographie. A travers leurs oeuvres c'est une enquête sur l'intimité qui prend vie, redonnant à l'homme une position privilégiée dans le monde. Révolutionnaires dans leurs formes et dans leurs manifestations les rêves constituent pour l'écrivain et la photographe une possibilité pour repenser autrement notre espace et notre temps.
 

Mercredi 4 octobre

Cité internationale des arts - 16 rue Girardon, 75018, Paris

Programme

Mercredi 4 Octobre

Carte Blanche à la Villa Kujoyama

  • 14h - 15h   : Présentation de la Villa Kujoyama par Charlotte Fouchet-Ishii – directrice de la Villa Kujoyama, puis discussion avec plusieurs intervenants modérée par Laurent Lalanne – responsable du Pôle résidences de l'Institut français
 
  •   15h - 15h30 : Performance de Laetitia Badaut-Haussmann "LFCJP16 , conférence fantasmée N°3" avec la comédienne Natasha Cashman
 
  • 16h - 16h30: Performance de François-Xavier Richard, "Activation de l'Orgue en papier" par le musicien Joël Grare
 
  •  17h - 18h30 : Pecha Kucha avec les anciens résidents de la Villa Kujoyama: Isabelle Jarry (1998), Isabelle Duthoit (2008), José Lévy (2011), Elodie Royer & Yoann Gourmel (2011), Olivier Philipponneau & Raphaelle Enjary, Jean-Sébastien Lagrange (2017) et Bertrand Planes (2017)
 
  • 18h30 : Performance d'Angela Detanico et Rafael Lain "Espace monotone" avec le danseur japonais Takeshi Yazaki
 
  •  19h - 21h  : Rencontre avec le cinéaste Damien Odoul suivie de la projection du long-métrage La Richesse du Loup . Damien Odoul mène au Japon une recherche qui s'intitule Oneiros ou l'homme qui revient de la nouvelle éponyme de Natsuki Ikezawa (Kaettekita otoko, 1990). Cette nouvelle retrace l'étrange voyage intérieur de deux hommes, un français et un japonais, envoyés pour une mission scientifique vers une terre inconnue afin de repérer les vestiges d'une cité disparue. En contact avec l'auteur depuis plus de dix ans, Damien Odoul travaille un projet qui mêle documentaire de création et installation sonore et visuelle. Les questionnements liés au rapport de l'homme au monde, à la transcendance, à la mort, sont au centre de sa recherche protéiforme qui se tient entre fiction et réalité, mêlant images oniriques et documentaires, et intègre des entretiens avec des artistes et scientifiques japonais.

Jeudi 5 octobre

Cité internationale des arts - 16 rue Girardon, 75018, Paris

Programme

Jeudi 5 Octobre

Rencontre et Carte Blanche à la Cité internationale des arts

  •  12h - 13h30 : rencontre avec l'architecte paysagiste Laure Thierrée – Résidente Villa Médicis - et la vidéaste Ana Maria Gomes - Résidente Casa de Velázquez.    S'interrogeant sur l’enjeu de l’habitabilité méditerranéenne, sur la notion de culture locale et relevant les défis de la soutenabilité des territoires, Laure Thierrée, paysagiste a mené une enquête sur les espaces interstitiels de la ville de Rome. La première hypothèse de ce projet-recherche est que le jardin, comme figure fondatrice et système transposable à d’autres échelles, place le paysage comme constructeur du projet spatial et culturel. La seconde, que le dessin cartographique est moteur du projet de paysage et que le décryptage de la notion de matrice paysagère de Rome, envisagée comme lieux faisant lien entre enjeux sociaux, culturels, environnementaux et urbains peut apporter de nouvelles réponses.  Le projet cinématographique qu’Ana Maria Gomès a développé à la Casa de Velázquez s’articule autour d'un hameau au Portugal, d'où sa famille est originaire. Il s’agit de faire de ce village le théâtre d’une fiction dont il doit à la fois être la source et le décor. Ainsi, le scénario qu’elle développe en résidence consiste à extraire une fiction cinématographique de la vie de ce territoire, afin de la réinjecter dans le réel. En interrogeant sa potentialité fictive, elle cherche alors à introduire une variante du village dans le village lui-même. Une légère altération, innocente en apparence, mais qui viendra intensifier le potentiel poétique de ce monde sur le point de disparaître.
 
  • 13h30 - 15h : déjeuner avec Laure Thierrée – Résidente Villa Médicis et Ana Maria Gomes - Résidente Casa de Velázquez.
Carte Blanche à la Cité internationale des arts
  • 15h - 16h :  présentation de la Cité internationale des arts par sa directrice générale Bénédicte Alliot
 
  •  16h - 17h  : rencontre avec les artistes de la Cité internationale des arts Laura Gozlan  dialogue avec la critique d’art Ingrid Luquet-Gad.  La pratique de Laura Gozlan s’articule autour de films expérimentaux, de vidéos et d’installtions visuelles assemblant documents, sculptures et environnements de projection. Elle s’approprie des images empruntées au cinéma de genre et au film scientifique qu’elle réarrange au montage. Elle s’intéresse aux utopies scientifiques et aux communautés que celles-ci fédèrent, avec une prédilection pour leur représentation dans les sous-genres cinématographiques. Ses pièces explorent les liens entre Contre-Culture et posthumanisme, ses mythes fondateurs (New-Age, cybernétique) et ses dystopies. Marie Quéau – Résidente Cité internationale des arts - dialogue avec l’artiste et commissaire Nicolas Giraud.  Les photographies de Marie Quéau reflètent un monde à bout de souffle mais toujours vivant. Autour d’un univers étrange et atemporel, elle construit des images inspirées par l'imaginaire collectif et la science-fiction. Cultivant un goût pour rapprocher des images étrangères et de sources disparates, elle considère ses photographies comme des débris ou des résidus d’événements.
 
  •  17h - 18h : performance Les Gextes par Helena de Laurens et Esmé Planchon. Helena de Laurens et Esmé Planchon se rencontrent en classe d'Art dramatique. Avec le collectif Travlators, elles créent des performances, des comédies musicales, des fanzines et de nombreux événements culturels. Esmé et Helena se mettent en scène dans des lectures-performances qui côtoient de près ou de loin les formes du conte, du récital, de la comédie musicale et du cut-up. En 2017 elles initient une nouvelle pièce intitulée Les Gextes et présentent une performance en collaboration avec les éditions Maculat: La Table des Matières. Prenant pour point de départ la liste des jeux auxquels joue Gargantua dans l'œuvre de Rabelais, Les Gextes est un collage de textes et de gestes qui mêle lecture et danse et vise à explorer les possibilités de fiction qu'offrent les jeux.
 
  •  18h - 19h : la liaison : intricacies of a Paris-Karachi connection par Virgile Fraisse et Abi Tariq.La Biennale inaugurale de Karachi (du 21 octobre au 5 novembre 2017) a permis à l'artiste français Virgile Fraisse et à l’artiste performeur et middle-man pakistanais Abi Tariq de collectivement (et individuellement) étendre et adapter leurs pratiques artistiques pour le contexte particulier de cette prochaine biennale. Virgile Fraisse développera un nouveau chapitre de sa série de films SEA-ME-WE - traitant spécifiquement du rôle complexe que Karachi joue dans le réseau de câbles de fibre optique sous-marins. À travers une installation et une vente aux enchères performée, il exposera subtilement les histoires, hiérarchies et dépendances cachées au sein du secteur des télécommunications. Comme un point culminant de sa performance intitulée middle-man, Abi Tariq décompose l’idée d'être invisible au sein d'une organisation. Il présentera également des éléments de sa publication indépendante issue(s) qui constitue une réponse critique à cette performance, et à la Biennale de Karachi.
 
  •  19h - 20h : apéritif avec les artistes de la Cité internationale des arts
Cinéma
  •  20h - 21h30 : rencontre cinéma avec Jean-Charles Fitoussi - Résident (Villa Médicis 2005) - suivie de la projection du long métrage Nocturnes pour le roi de Rome (2005).« Un vieux compositeur allemand est reçu à Rome, appelé par le roi pour lui composer huit nocturnes. Mais le souvenir de sa femme morte dans cette ville des années auparavant, auquel s'ajoutent les fantômes de la guerre pendant laquelle il naquit, l'empêche de composer quoi que ce soit. » Pensionnaire à la Villa Médicis en 2005, Jean-Charles Fitoussi y imagine Nocturnes pour le roi de Rome, premier film entièrement tourné avec une caméra de téléphone portable, qui sera selectionné au festival de Cannes à la semaine internationale de la critique en 2006.

Vendredi 6 octobre

Cité internationale des arts - 16 rue Girardon, 75018, Paris

Programme

Vendredi 6 octobre

Photographie, Paysage et Cinéma

  • 12h - 13h : dialogue entre Léa Bismuth et Anais Boudot – Résidente Casa de Velázquez
 
  • 14h - 15h : rencontre avec Lucie de Barbuat & Simon Brodbeck - Résidents Villa Médicis. Brodbeck & de Barbuat forment un duo d’artistes visuels utilisant la photographie, la vidéo et l’installation. Française et allemand, ils travaillent ensemble depuis 2005. Douze ans de travail en commun pour ce duo insolite qui prend la photographie comme point de départ d’une réflexion sur l'image. Ils alternent la pratique de la photographie et celle de l'image vivante. Pour le festival ¡ Viva Villa !  Lucie de Barbuat et Simon Brodbeck reviennent sur quelques-uns de leurs travaux les plus connus et partage avec le public leurs recherches actuelles et nouveaux projets.
 
  • 15h - 17h : Carte Blanche à l'Académie des beaux-arts: présentation et histoire de l'Académie des beaux-arts / L'Académie des beaux-arts et ses liens avec l'Académie de France à Rome - Villa Médicis. Un dialogue entre Edith Canat de Chizy et Aymeric Zublena moderé par François Porcile.
 
  • 17h - 18h : rencontre avec le paysagiste Gilles Clément
 
  • 19h - 20 h : rencontre avec Quentin Ravelli - Résident Casa de Velázquez.    Cinéaste atypique, Quentin Ravelli a fait des études de philosophie et soutenu une thèse de sociologie sur l’industrie pharmaceutique : La Stratégie de la bactérie. Après la parution de deux romans chez Gallimard, la Casa de Velázquez lui a offert la possibilité de réaliser un long métrage documentaire sur la crise immobilière espagnole : Bricks. En suivant la vie des briques, des usines aux villes nouvelles, devenues des villes fantômes, Ravelli a su montrer mieux que tout autre les profondes transformations de l’Espagne, un pays où l’on trouve des millions de logements vides et où les conflits sociaux se sont multipliés. Ce film qui a fait date a su explorer les différentes approches qui s’offrent à nous devant la crise : s’adapter, rêver un autre monde, chercher à le transformer. Actuellement chercheur au CNRS Quentin Ravelli travaille sur les crédits à risque à l’origine de la crise financière. À partir d’études de cas, il cherche à comprendre la place qu’occupent les marchandises dans la société contemporaine. Sa démarche ethnographique croise l’économie politique, la sociologie du travail et l’anthropologie culturelle.
 
  • 20h : Avant-première de Bricks – un film réalisé par Quentin Ravelli lors de sa résidence à la Casa de Velázquez.  Cinéaste, Quentin Ravelli réalise son premier long métrage documentaire sur la crise immobilière espagnole : Bricks. Des carrières d'argile abandonnées aux crédits immobiliers impayés, la brique espagnole incarne le triomphe puis la faillite économique du pays. Usines qui ferment la moitié de l'année, ville-fantôme curieusement habitée, luttes populaires contre les expropriations orchestrées par les banques : suivre le parcours d'une marchandise permet de donner un visage à la crise. Et de dessiner les stratégies individuelles et collectives qui permettent de la surmonter.

Nuit Blanche

Cité internationale des arts - 16 rue Girardon, 75018, Paris

Programme

Samedi 7 octobre

Projections /

  • de 12h à 21h, retrouvez en boucles la projection des films réalisés par les artistes et cinéastes résidents de la Villa Kujoyoma, de lala Casa de Velàzquez, et de laVilla Médicis : Damien Odoul,  Lucie de Barbuat & Simon Brodbeck et Jean-Charles Fitoussi.

Rencontre

  • 18h: apéritif avec les artistes de la Villa Kujoyama, de la Casa de Velàzquez, de l'Académie de France à Rome - Villa Médicis et de la Cité internationale des arts.
  • 19h : rencontre avec Nino Laisné - Résident Casa de Velàzquez. Nino Laisné est l’auteur d’une série de performances et de concerts dans lesquels, s’interrogeant sur le rapport aux règles de la musique baroque, il permet à la question du genre d’émerger bouleversée. La soirée se déroule autour d’une série de projections et de restitutions de ses performances retraçant son parcours et permettant au public de découvrir cet artiste.

Nuit Blanche

  • 20h : Kenny Dunkan - Résident Villa Médicis – présente SPRAY BOY, une déambulation olfactive dans les jardins du festival. Kenny Dunkan déambule dans les espaces des jardins de Norvins, un atomiseur pulvérisateur sur le dos propulsant un nuage d'eau accompagné du ronflement du moteur. A l'eau est ajouté du parfum en référence aux porteurs d'encens lors du carnaval antillais mais c'est une eau de toilette de luxe qu'il utilise pour "glamouriser l'air".
 
  •  22h : performance - concert / Simon Rouby - Résident Villa Médicis – présente Blackout avec Keziah Jones et Native Maqari Blackout est une expérience esthétique fondée sur le mélange de musique, performance, peinture et projection vidéo, intervenant sur la façade de la Villa Radet, jouant de son emplacement rare et de l'alternance entre les arbres, la nature et le contexte urbain.
 
  •  23h : Jackson présente Musique Papier (pour encres amplifiés et miroir vibrant), une performance musicale et picturale.     Musique Papier (pour encres amplifiées et miroir vibrant) est une performance musicale et picturale. Cette proposition nocturne s’articule autour d’un procédé d’écriture de partitions graphiques en temps réel, assisté d’un système de traduction sonore d’encres de couleur appliquées sur du papier. A travers une pratique aux frontières de la recherche musicale, de la composition, de la performance et des arts plastiques, Jackson propose de mêler une réflexion sur notre rapport aux instruments et les composantes originelles de la matière, et des forces premières.