Programmation

Vernissage

Collection Lambert en Avignon

Programme

Ouverture de l'exposition La fin des forêts* Du 11 octobre au 10 novembre 2019

  [gallery ids="5106,5099,5100,5101,5102,5103,5107,5104,5109"]   Entrée libre à partir de 17h 17 H : Inauguration  à la Collection Lambert en Avignon 17H15 : Performance de Daniele Fasani au piano Bar / Bar composition de Giovanni Bertelli 18H45 : Performance de Daniele Fasani au piano Bar / Bar composition de Giovanni Bertelli 19H : Ouverture du vin d'honneur par Mme Le Maire 21H : Fermeture de la Collection Lambert  

PROGRAMME

MUSIQUE

17h15 et 18h45
Giovanni Bertelli, Bar/bar, 2016, pour mains de pianiste, 14 min, interprété par Daniele Fasani.

... et si un barbare, téléporté juste en face d’un piano moderne, devait dompter ce monstre horrible aux dents blanches (et noires) ? Bar/bar met en scène cette image bizarre. En effet, plus qu’un morceau pour piano, il s’agit d’une pièce sur le piano et les pianistes qui vivent dans un espace intermédiaire entre théâtre et musique : un espace où les bornes entre geste et son, ainsi que les limites parmi la dimension visuelle, tactile et sonore, se fondent et s’entrelacent.

 

DANSE

De 17h à 21h
Emmanuel Guillaud, Performance dans le cadre de son œuvre I’ll lick the fog off your skin, version 2019 
à la Collection Lambert en Avignon (la forêt des éphèbes), 2018-2019, danse/arts plastiques, 10 min, accompagné du danseur Camille Guyot.

De récits oubliés du Japon classique, de leur conception du désir comme une force extérieure et bouleversante, est né I’ll lick the fog off your skin, un projet tentaculaire, fait de multiples chorégraphies d’images et de mouvements de corps. Ici est présenté le premier extrait de ce travail au long cours, amené à se déployer dans les années à venir.

 

JEUX VIDÉO

Sous réserve
Christophe Galati, Présentation de Save me Mr Tako, 2014-2018 et Project Himitsu, 2019.

Premier créateur de jeux vidéo lauréat de la Villa Kujoyama, Christophe Galati s’inspire de l’esthétique et du gameplay rétro des jeux japonais (Game Boy 8bits pour Save me Mr Tako et Game Boy Advance 16bits pour Project Himitsu) pour développer son propre univers. Il y aborde des problématiques contemporaines comme la recherche de la paix entre le peuple des poulpes et des humains.

>> Cette journée sera filmée et photographiée à des fins de promotion du festival. Merci de votre compréhension *La fin des forêts est un titre emprunté à la prochaine création 2020 du chorégraphe Benjamin Bertrand, lauréat de la Villa Kujoyama

Week-end inaugural

Collection Lambert en Avignon

Programme

Entrée libre

Horaires et programme sous réserves de modification

 

Du 12 au 13 octobre, le festival ¡ Viva Villa ! se déploie à travers les espaces de la Collection Lambert avec un programme d’arts vivants afin de témoigner de la vitalité et de la richesse des projets menés en résidence à Rome, Kyoto ou Madrid.

Qu’ils soient compositeurs, danseurs, écrivains, artistes ou metteurs en scène, les résidents invitent les spectateurs à découvrir leurs recherches, collaborations uniques et œuvres inédites.

  [gallery ids="5111,5114,5115,5132,5116,5117,5118,5119,5120"]  

MUSIQUE

 
Giovanni Bertelli, Libro d’inverno, 2008, pour flûte, 14 min, interprété par Matteo Cesari.
Salle C6, 15h30

Libro d’inverno (Livre d’hiver) représente une sorte de journal intime. La dramaturgie de la pièce se développe à travers un double chemin. D’un côté, on assiste à la construction d’une polyphonie illusoire et cristallisée. De l’autre, ce processus s’accompagne de la transformation des respirations de l’interprète, qui amène à l’émersion d’un court poème de Stefano Lappa.

Thierry Machuel, Livre d'Heures IV, 2019, pour deux accordéons et un cymbalum, 10 min, interprété par l'ensemble C Barré.
Salle C6, 14h45

Après sa résidence kyotoïte, Thierry Machuel présente une pièce sur un sujet approfondi au cours de ses séjours dans les trois villas, Médicis, Velázquez et Kujoyama : Livre d’Heures IV est une expérience sonore de la lumière, présentée pour la première fois en live et dans cette version.

Sasha J. Blondeau, « Ils portent en eux un passé qui s’immisce », 2019, pour violon et électronique, 12 min, interprété par Hae-Sun Kang.
Salle C3, 15h45

Commande d’état (aide à l’écriture d’une œuvre musicale originale) pour le festival Messiaen.

Cette pièce confronte des fragments et travaille certains effets de mémoire pour constituer une forme qui se déploie de façon morcelée et qui, d’une certaine manière, ne se perçoit vraiment qu’à la fin. La partie électronique qui suit le jeu de l’instrumentiste pour adapter son tempo permet à la violoniste d’être libre dans son interprétation temporelle de la partition. L’électronique vient alors faire contrepoint au jeu instrumental et mettre en relief la forme.

Carlos de Castellarnau, Bas-relief, 2016, pour clarinette basse et électronique, 9 min, interprété par Victor de la Rosa.
Salle C3, 15h30

L’organicité des sculptures en bronze de Joan Miró, notamment celles réalisées dans les années 1970, où l’artiste s’engage dans un travail clairement matiériste, ont servi au compositeur en tant que métaphore visuelle pour cette œuvre. Le caractère monolithique provoqué par le monochromatisme de ces sculptures est compensé – dans un même mouvement – par une étonnante richesse des formes et des textures. Au même titre que d’autres de ses compositions récentes et comme une conséquence de l’influence de la peinture informelle sur son travail, le son électronique a été la matière de base de l’écriture instrumentale de la clarinette.

 

LECTURE/THÉÂTRE

 
Miguel Bonnefoy, Extrait inédit de Les Français au Chili (éd. Rivages, 2020), lecture du premier chapitre du prochain roman, 20 min.
Salle M2ou Salle C1(si intempéries), 14h30

« Toutes les constructions sociales sont des récits. La religion, l’argent, la démocratie, la famille, le capitalisme, l’art : rien n’est plus puissant, plus contagieux, plus résistant qu’un récit. »

Arnaud Rykner, Extraits de Dedans dehors (éd. publie.net, collection ThTr, 2015), lecture-performance de sa deuxième pièce de théâtre, 35-40 min.
Auditorium, 17h

« Un homme, une femme, leur amour brisé, et comment, et dans quelle violence. Dans la fable, l’allégorie de l’amour : ce qui lie et ce qui sépare, ce qui dans la relation abime et accomplit en soi une vérité et sa douleur. » (A.Maïsetti)

Simon Moers & Tomoe Kobayashi, Soleil perdu, 2019, théâtre d’objets, de matières et de mouvements, 20 min.
Salle C2, 16h

Prémices d'une pièce plus longue en cours de création, Soleil Perdu est une forme vivante en trois séquences. Un théâtre d’objets où la violence est convoquée comme geste artistique et met en lumière les dégâts des jeux auxquels s'adonnent des personnages épris de vivre et d'aimer.

 

DANSE

 
Emmanuel Guillaud, Performance dans le cadre de son œuvre I’ll lick the fog off your skin, version 2019 
à la Collection Lambert en Avignon (la forêt des éphèbes), 2018-2019, danse/arts plastiques, 10 min, accompagné du danseur Camille Guyot.

De récits oubliés du Japon classique, de leur conception du désir comme une force extérieure et bouleversante, est né I’ll lick the fog off your skin, un projet tentaculaire, fait de multiples chorégraphies d’images et de mouvements de corps. Ici est présenté le premier extrait de ce travail au long cours, amené à se déployer dans les années à venir.

Nach, Beloved Shadows, 2018-2019, danse, 15-20 min, accompagnée au piano par Koki Nakano.
Salle M3, en continu

Nach propose deux extraits exclusifs de sa prochaine création Beloved Shadows : deux improvisations sur deux compositions inédites du pianiste Koki Nakano. Un solo dans lequel résonnent ses recherches autour du Butō et des représentations du corps de la femme habité par le désir.

Camille Mutel, Détails, 2019, spectacle chorégraphique, 25 min.
Salle C5, 16h

Danseuse et chorégraphe, Camille Mutel interroge la précision du geste entre le sujet et l’objet. Détails est une réflexion performée où la distinction objet/sujet fondée par la philosophie occidentale tente de s'effacer dans le regard du spectateur.

 

JEUX VIDÉO

 
Christophe Galati, Présentation de Save me Mr Tako, 2014-2018 et Project Himitsu, 2019.
Salle C4, en continu

Premier créateur de jeux vidéo lauréat de la Villa Kujoyama, Christophe Galati s’inspire de l’esthétique et du gameplay rétro des jeux japonais (Game Boy 8bits pour Save me Mr Tako et Game Boy Advance 16bits pour Project Himitsu) pour développer son propre univers. Il y aborde des problématiques contemporaines comme la recherche de la paix entre le peuple des poulpes et des humains.

>> Cette journée sera filmée et photographiée à des fins de promotion du festival. Merci de votre compréhension

Week-end inaugural

Collection Lambert en Avignon

Programme

Entrée libre

Horaires et programme sous réserves de modification

 

Du 12 au 13 octobre, le festival ¡ Viva Villa ! se déploie à travers les espaces de la Collection Lambert avec un programme d’arts vivants afin de témoigner de la vitalité et de la richesse des projets menés en résidence à Rome, Kyoto ou Madrid.

Qu’ils soient compositeurs, danseurs, écrivains, artistes ou metteurs en scène, les résidents invitent les spectateurs à découvrir leurs recherches, collaborations uniques et œuvres inédites.

  [gallery ids="5122,5123,5124,5125,5126,5127,5128,5129,5130"]

MUSIQUE

 
Giovanni Bertelli, Bar/bar, 2016, pour mains de pianiste, 14 min, interprété par Daniele Fasani.
Salle M1, 15h

... et si un barbare, téléporté juste en face d’un piano moderne, devait dompter ce monstre horrible aux dents blanches (et noires) ? Bar/bar met en scène cette image bizarre. En effet, plus qu’un morceau pour piano, il s’agit d’une pièce sur le piano et les pianistes qui vivent dans un espace intermédiaire entre théâtre et musique : un espace où les bornes entre geste et son, ainsi que les limites parmi la dimension visuelle, tactile et sonore, se fondent et s’entrelacent.

 
Giovanni Bertelli, Libro d’inverno, 2008, pour flûte, 14 min, interprété par Matteo Cesari.
Salle C6, 14h30

Libro d’inverno (Livre d’hiver) représente une sorte de journal intime. La dramaturgie de la pièce se développe à travers un double chemin. D’un côté, on assiste à la construction d’une polyphonie illusoire et cristallisée. De l’autre, ce processus s’accompagne de la transformation des respirations de l’interprète, qui amène à l’émersion d’un court poème de Stefano Lappa.

 
Thierry Machuel, Livre d'Heures IV, 2019, pour deux accordéons et un cymbalum, 10 min, interprété par l'ensemble C Barré.
SalleC6, 14h45

Après sa résidence kyotoïte, Thierry Machuel présente une pièce sur un sujet approfondi au cours de ses séjours dans les trois villas, Médicis, Velázquez et Kujoyama : Livre d’Heures IV est une expérience sonore de la lumière, présentée pour la première fois en live et dans cette version.

 
Sasha J. Blondeau, « Ils portent en eux un passé qui s’immisce », 2019, pour violon et électronique, 12 min, interprété par Hae-Sun Kang.
Salle C3, 15h30

Commande d’état (aide à l’écriture d’une œuvre musicale originale) pour le festival Messiaen.

Cette pièce confronte des fragments et travaille certains effets de mémoire pour constituer une forme qui se déploie de façon morcelée et qui, d’une certaine manière, ne se perçoit vraiment qu’à la fin. La partie électronique qui suit le jeu de l’instrumentiste pour adapter son tempo permet à la violoniste d’être libre dans son interprétation temporelle de la partition. L’électronique vient alors faire contrepoint au jeu instrumental et mettre en relief la forme.

 

DANSE

 
Emmanuel Guillaud, Performance dans le cadre de son œuvre I’ll lick the fog off your skin, version 2019 
à la Collection Lambert en Avignon (la forêt des éphèbes), 2018-2019, danse/arts plastiques, 10 min, accompagné du danseur Camille Guyot.
Salle M3, en continu

De récits oubliés du Japon classique, de leur conception du désir comme une force extérieure et bouleversante, est né I’ll lick the fog off your skin, un projet tentaculaire, fait de multiples chorégraphies d’images et de mouvements de corps. Ici est présenté le premier extrait de ce travail au long cours, amené à se déployer dans les années à venir.

 
Camille Mutel, Détails, 2019, spectacle chorégraphique, 25 min.
Salle C5, 16h

Danseuse et chorégraphe, Camille Mutel interroge la précision du geste entre le sujet et l’objet. Détails est une réflexion performée où la distinction objet/sujet fondée par la philosophie occidentale tente de s'effacer dans le regard du spectateur.

 

THÉÂTRE

 
Simon Moers & Tomoe Kobayashi, Soleil perdu, 2019, théâtre d’objets, de matières et de mouvements, 20 min.
Salle C2, 16h

Prémices d'une pièce plus longue en cours de création, Soleil Perdu est une forme vivante en trois séquences. Un théâtre d’objets où la violence est convoquée comme geste artistique et met en lumière les dégâts des jeux auxquels s'adonnent des personnages épris de vivre et d'aimer.

 
Frederika Amalia Finkelstein et Julie Benegmos, Après l'oubli, 2018, théâtre, 45 min. Mise en scène de Julie Benegmos et Marion Coutarel. Interprété par la Compagnie Libre Cours.
Auditorium, 17h

En 2018, Julie Benegmos adapte à la scène l’Oubli, roman de Frederika Amalia Finkelstein, et incarne une jeune femme d’une vingtaine d’années qui tente de dépasser le poids du devoir de mémoire légué par sa famille et qui souhaite « oublier » la Shoah. Par l’évocation de souvenirs et d’anecdotes, la pièce nous fait entrer dans l’intimité d’une vie quotidienne construite autour de la Shoah. Chaque récit partagé, chaque parcelle de vie découverte vient faire écho à la grande Histoire et questionne l’histoire future ; celle que nous construisons ensemble dans le présent.

 

JEUX VIDÉO

 
Christophe Galati, Présentation de Save me Mr Tako, 2014-2018 et Project Himitsu, 2019.
Salle C4, en continu

Premier créateur de jeux vidéo lauréat de la Villa Kujoyama, Christophe Galati s’inspire de l’esthétique et du gameplay rétro des jeux japonais (Game Boy 8bits pour Save me Mr Tako et Game Boy Advance 16bits pour Project Himitsu) pour développer son propre univers. Il y aborde des problématiques contemporaines comme la recherche de la paix entre le peuple des poulpes et des humains.

>> Cette journée sera filmée et photographiée à des fins de promotion du festival. Merci de votre compréhension

Journée professionnelle

Collection Lambert en Avignon

Programme

Lundi 14 octobre 2019 - 10h-19h

[gallery ids="5140,5144,5146,5150,5152,5151,5153,5154,5134,5135,5148,5147,5136,5137,5138"]

9h30 : Accueil des intervenants

 

10h-11h : « La fin des forêts* », visite de l’exposition commentée par Cécile Debray, commissaire du festival, et Pierre Wat, historien de l’art

  Cécile Debray, commissaire du festival ¡ Viva Villa ! et directrice du musée de l’Orangerie à Paris, invite Pierre Wat, historien de l’art et critique d’art, à échanger autour des thématiques de l’édition 2019 du festival ¡ Viva Villa ! à travers une visite commentée de l’exposition.

11h-12h30 : Table ronde « Imaginer / Penser »

  La fin des forêts*, titre de l’édition 2019 du festival ¡ Viva Villa !, se fait l’écho de préoccupations contemporaines : défis environnementaux et climatiques, insertion d’un enjeu écologique dans les systèmes de production, rapports aux langages et à la mémoire, positionnement face au sein des institutions des artistes et chercheurs. Qu’ils soient artistes plasticiens, designers, cinéastes, historiens, architectes, nombreux sont les lauréats dont les thèmes de cette édition reflètent leurs questionnements, constats et recherches menés en résidence. Avec : Mathilde Lavenne (vidéaste membre de la Casa de Velázquez), Thomas Lévy-Lasne (peintre pensionnaire à la Villa Médicis), Mathieu Lucas (architecte paysagiste pensionnaire à la Villa Médicis) et Samy Rio (lauréat en design à la Villa Kujoyama) Modérateurs : Cécile Debray et Pierre Wat

14h-16h30 : Table ronde « Expérimenter / Produire / Diffuser »

14h-15h : Ange Leccia dialogue avec Charlotte Fouchet-Ishii (directrice déléguée de la Villa Kujoyama), Michel Bertrand (directeur de la Casa de Velázquez) et Stéphane Gaillard (directeur par interim de la Villa Médicis) Ange Leccia, premier lauréat de la Villa Kujoyama en 1992 et ancien pensionnaire de la Villa Médicis, est un photographe et vidéaste français. Fondateur et directeur de 2001 à 2017 du Pavillon Neuflize OBC, résidence d’artistes et laboratoire de création du Palais de Tokyo, l’artiste invite les trois représentants des résidences d’artistes à l’étranger à présenter les spécificités, les modes de recherche et de production et les stratégies de soutien à la création artistique développés respectivement à l’Académie de France à Rome - Villa Médicis, à la Casa de Velázquez et à la Villa Kujoyama. 15h-16h30 : Ange Leccia dialogue avec les artistes en résidence et invitésSur la résidence, la production, la post résidence 15h-15h30 Arts de la scène Avec : Camille Mutel (danse/solo – Villa Kujoyama) et Simon Moers/Tomoe Kobayashi (marionnettes/duo – Villa Kujoyama) En duo ou en collaboration, le dialogue franco-japonais est constant tout au long de la résidence. Sous forme d’initiation à une technique, de débat autour d’un livre ou un film, de rencontres et découvertes partagées in situ ; ce temps et ces échanges enrichissent la recherche, se poursuivant comme l’évolution du projet. Trois artistes de la Villa Kujoyama témoigneront de leurs vécus en résidence et mèneront une réflexion collective sur le passage de l’étape de recherche à la création d’une œuvre en post-résidence. 15h30-16h Composition musicale et collaborations artistiques Avec : Sébastien Rivas (compositeur, artiste sonore et co-directeur du Grame / Centre national de création musicale de Lyon - invité) et Carlos de Castellarnau (compositeur - Casa de Velázquez) La spécificité de la Casa de Velázquez réside dans la coexistence en un même lieu de deux sections : l’AFM - Académie de France à Madrid et l’EHEHI - École des hautes études hispaniques et ibériques qui rassemblent artistes et chercheurs. Carlos de Castellarnau témoignera de l’opportunité rare et précieuse qu’offre un séjour de travail d’un an au sein d’une résidence pluridisciplinaire et présentera les projets développés dans le champ des arts plastiques comme de la recherche. Ce sera notamment l’occasion d’observer le rôle des résidences dans la constitution de réseaux durables pour les artistes. Projection de la vidéo Sendas Epigráficas. 16h – 16h30 Cinéma et histoire de l’art Avec : François Hébert (cinéma – Villa Médicis) et Pauline Lafille (histoire de l’art – Villa Médicis) Si la rencontre avec l’héritage classique romain et l’appréhension d’un nouveau territoire forment le socle initial d’une résidence à l’Académie de France à Rome – Villa Médicis, ce sont les dialogues et échanges qui naissent entre artistes et chercheurs issus de disciplines diverses qui semblent constituer le fil conducteur de l’évolution des projets pendant l’année de résidence. Des pensionnaires de la Villa Médicis présentent leurs projets de recherche initiés à Rome et témoignent de la richesse de cette pluridisciplinarité.

16h30-19h : Forum « Dialoguer / diffuser / rencontrer »

  Les directeurs des trois résidences d’artistes à l’étranger à l’origine du festival ¡ Viva Villa ! invitent des représentants d’institutions culturelles françaises à présenter aux artistes lauréats, les dispositifs et formats de soutien à la création contemporaine qu’ils mettent en place. Centres d’art et de recherches, musées, festivals, universités, fondations ; les institutions invitées exposent, défendent et programment toutes les disciplines artistiques des lauréats accueillis en résidence à Rome, Kyoto ou Madrid : arts plastiques, commissariat d’exposition, composition musicale, cinéma, théâtre, danse, architecture, métiers d’art, design, histoire de l’art, arts numériques, littérature. Ces ateliers – rencontres seront l’occasion pour les artistes résidents des trois institutions de se rencontrer dans la diversité de leur discipline mais également de créer des liens avec des lieux d’excellence situés sur le territoire français. Trois espaces de discussion seront organisés : autour de la littérature, recherche, commissariat d’exposition et histoire de l’art ; autour des arts plastiques, architecture, design, arts visuels et cinéma ; autour du spectacle vivant, de la composition et musicologie. Avec : Michaël Batalla Directeur du Centre national de poésie de Marseille Léa Bismuth Commissaire d’exposition indépendante Julie Boukobza Chargée des résidences d’artistes, Fondation Luma, Arles Nathalie Cabrera Directrice déléguée de la Maison Jean Vilar Rostan Chentouf Directeur délégué de l’Institut Chorégraphique International - CCN Stanislas Colodiet Directeur du Centre international de recherche sur le verre et les arts plastiques - CIRVA, Marseille Marie Cozette Directrice du Centre Régional d’Art Contemporain Occitanie / Pyrénées-Méditerranée Hubert Colas Fondateur et directeur de Montévideo Catherine Dan Directrice générale de La Chartreuse lès Avignon Tsveta Dobreva Secrétaire générale du FID Marseille Alessandro Gallicchio Chercheur associé TELLEMMe et commissaire d’exposition Philippe Guignard Secrétaire général de l'Ecole Nationale Supérieure de la Photographie – ENSP, Arles Pascal Jourdana Fondateur et directeur artistique de La Marelle Isabelle Martin-Bridot Directrice des Hivernales, Avignon Frank Micheletti Directeur artistique du festival Constellations Pascal Neveux Directeur du Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur Odile Redolfi-Payen Directrice du festival OVNi, Objectif Vidéo Nice Chantal Steinberg Directrice de l' Ecole documentaire de Lussas Pierre Pinchon Maître de conférence en histoire de l'art contemporain à Aix-Marseille Université (Laboratoire TELLEMMe) Sebastien Rivas Co-directeur du Grame - centre national de création musicale de Lyon Christian Rizzo Directeur de l'Institut Chorégraphique International - CCN Agnès Violeau Commissaire et critique d'art indépendante (sous réserve d’ajouts ou de modifications) Dans la limite des places disponibles
> Inscription requise <<
>> Cette journée sera filmée et photographiée à des fins de promotion du festival. Merci de votre compréhension *La fin des forêts est un titre emprunté à la prochaine création 2020 du chorégraphe Benjamin Bertrand, lauréat de la Villa Kujoyama

#1 journée régionale des résidences d’artistes, co-organisée avec la Région Sud

Collection Lambert en Avignon

Programme

Mardi 15 octobre 2019 - 10h-18h

[gallery ids="5156,5159,5166,5165,5157,5176,5158,5167,5169,5160,5161,5163,5171,5164,5170,5173,5174,5162,5175,5172,5177"] L’accueil d’artistes en résidence est aujourd’hui une pratique culturelle de plus en plus répandue. Sur le seul territoire de la Région Sud, une récente enquête a permis de repérer presque 200 initiatives couvrant l’ensemble des champs artistiques. Bien sûr, au-delà de cet aspect quantitatif, ces lieux de résidence sont fondés sur des objectifs et des organisations extrêmement divers. Rassemblés autour de trois tables rondes, les initiateurs de ces projets pourront échanger leurs expériences et les problématiques qui les concernent tous, quel que soit le champ artistique dans lequel ils évoluent. Cette journée devrait permettre également d’informer élus et responsables culturels qui souhaiteraient créer de nouveaux lieux de résidences. Pour cette première rencontre, trois thèmes ont été privilégiés : • Diversité des pratiques de la résidence d’artistes et coopération entre les lieux d’accueil • Les nouveaux acteurs de la résidence d’artistes • La résidence d’artistes, opportunité d’une ouverture internationale pour les artistes et les territoires Ces questions ne sauraient couvrir l’intégralité des problématiques du vaste champ de l’accueil en résidence d’artistes, c’est pourquoi la Région Sud souhaite pérenniser cette première rencontre pour qu’elle devienne un temps régulier de dialogue et d’échanges chaque année.

9h30 : Accueil des intervenants

 

10h: Ouverture de la journée

Introduction par Michel Bissière, conseiller régional délégué à la création artistique Présentation du projet de site Résidences en Région Sud par Nathalie Anton, directrice de l’Arcade Présentation inaugurale par Carole Bisenius-Penin, maîtresse de conférences Littérature contemporaine - Université de Lorraine Table ronde 1 : Diversité des pratiques de la résidence d’artistes et coopération entre les lieux d’accueil Les initiatives de création de résidences d’artistes sont de plus en plus nombreuses, chacune d’elles renvoie à des histoires, des objectifs et des traditions artistiques très spécifiques. Cependant, on note une tendance à l’ouverture de ces lieux à des pratiques pluridisciplinaires et à des actions de coopération entre lieux de résidence de différents champs artistiques. Aujourd’hui, quelles pratiques de croisement des disciplines artistiques au sein des lieux de résidence ? Comment préserver la diversité des pratiques artistiques tout en développant des projets pluridisciplinaires et de coopération entre ces initiatives ? Quelle stratégie régionale développer pour favoriser la coopération entre les lieux de résidence de toutes les disciplines ? Avec : Stéphane Gaillard Directeur par interim de l’Académie de France à Rome - Villa Médicis Bruno Racine Haut fonctionnaire et écrivain français, directeur de l’Académie de France à Rome - Villa Médicis (de 1997 à 2002) Pascal Neveux Directeur du FRAC Sud, Marseille Pascal Jourdana Directeur de La Marelle, Friche Belle de mai, Marseille Laurence Bernis Responsable du pôle invitations d’auteurs Les Nouvelles Hybrides, La Tour d’Aigues Maud Boissac Directrice culture Ville de Cannes Diane Pigeau Directrice artistique du centre d’art du 3 bis f, Aix-en-Provence Jean-Pierre Blanc Directeur général de la Villa Noailles, centre d’art d’intérêt national, Hyères Modératrice : Julia Santi, journaliste

13h30 - 14h15 : Visite de l'exposition

 

14h30-16h : Table ronde 2 : Les nouveaux acteurs de la résidence d’artistes

Entreprises, laboratoires scientifiques, domaines viticoles, bibliothèques ... le principe de la résidence artistique est de façon croissante développé par de nouveaux acteurs. Quels sont les objectifs de telles initiatives ? Comment associer l’artiste au développement d’un projet scientifique, pédagogique, social, économique ou touristique tout en respectant le travail de création de ce résident ? Avec : Michel Bertrand Directeur de la Casa de Velázquez Sophie Fermigier Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation - Chargée de mission Direction générale recherche et innovation (DGR) Claire Castan Chargée de mission à l’Agence régionale du livre Anne-Lise Rosier Directrice de cabinet d’Avignon Université - Administratrice de la préfiguration de la Villa Créative Avignon Bénédicte Chevallier Déléguée générale de Mécènes du sud Olivier Milhe Directeur général de la société Milhe Avons, membre de Mécènes du Sud Fanny Barra et Aude Halbert Voyons-Voir, Aix-en-Provence Pascale Hurtado Directrice du programme Arts, Science et Société à l’IMéRA Université d’Aix/Marseille Modératrice : Julia Santi, journaliste

16h30-18h : Table ronde 3 : La résidence artistique, opportunité d’une ouverture internationale pour les artistes et les territoires

  Les réseaux de circulation des artistes fonctionnent désormais à l’échelle européenne et mondiale. Dans ce contexte, les lieux de résidence d’artistes deviennent un point de contact essentiel entre les écosystèmes locaux de la création contemporaine et les artistes du monde entier. Pourquoi recevoir en résidence des artistes européens ou de tout autres pays ? Comment rapprocher l’exigence pour les artistes de s’intégrer dans les réseaux internationaux et la volonté des territoires de développer la coopération décentralisée ? Comment organiser des résidences croisées entre structures d’accueil en résidence de plusieurs pays ? Comment développer des accueils en résidences d’artistes étrangers venant de pays sans liberté, sans politique de soutien à la création ? Quels réseaux de coopération fonctionnent-ils aujourd’hui ? Avec Charlotte Fouchet-Ishii Directrice déléguée de la Villa Kujoyama Corinne Micaelli-Mulholland Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères Jörn Cambreleng Directeur d’ATLAS (Association pour la promotion de la traduction littéraire), Arles et président du Réseau RECIT (Réseau européen des centre internationaux de traducteurs) Véronique Collard Bovy Directrice générale de FRAEME, Friche Belle de mai, Marseille Ronald Reyes Directeur Dos Mares, Marseille Thierry Fabre Directeur du programme Méditerranée à l’IMéRA Université d’Aix/Marseille Céline Kopp Directrice de Triangle, Friche Belle de mai, Marseille Modératrice : Julia Santi, journaliste ---- En raison du nombre de places limité, il est conseillé de s'inscrire avant le 4 octobre 2019 >> Inscription requise << Pour tout complément d'information : fballongue@maregionsud.fr

Séance décentralisée de l'Académie des Beaux-Arts

Programme

Mercredi 16 octobre 2019 - 15h-18h

[gallery ids="5179,5180,5181,5182,5184,5185,5186,5187,5188,5190,5191,5192,5193,5194,5195"] L’Académie des beaux-arts, partenaire du festival ¡ Viva Villa ! depuis sa création, organise pour la troisième fois depuis sa création en 1816, une séance plénière « dé-centralisée ». Instance consultative auprès des pouvoirs publics, l’Académie des beaux-arts mène en effet, en dehors de ses missions de soutien à la création artistique et de défense du patrimoine artistique de la France, une activité de réflexion sur les questions d’ordre artistique lors de ses séances hebdomadaires au cours desquelles elle convie régulièrement des personnalités du monde culturel et politique à intervenir. La partie « débat » de cette séance sera consacrée aux 60 ans du Ministère de la Culture. En raison du nombre de place limité, il est conseillé de s'inscrire avant le 4 octobre 2019 à l'adresse suivante : benedicte.idir@academie-des-beaux-arts.fr >> Cette journée sera filmée et photographiée à des fins de promotion du festival. Merci de votre compréhension

Jeudi de la Collection Lambert

Collection Lambert en Avignon

Programme

Le festival ¡ Viva Villa ! s’est emparé des Jeudis de la Collection Lambert en proposant une sélection de performances, de rencontres et de conférences en lien avec l’exposition « La fin des forêts* »

  Macadam Animal de Olivia Rosenthal et Eryck Abecassis Performance le jeudi 17 octobre à 19h Collection Lambert en Avignon Sur inscription : reservation@collectionlambert.com Production La Muse en Circuit, MC93 Bobigny, Festival Masnâa et l’Institut français. Spectacle vidéo, musical et littéraire, Macadam Animal invoque sur le plateau les bêtes (corbeaux hésitants ou termites transgenres) qui accompagnent nos vies citadines. Autant de souvenirs d’une vie sauvage quasi engloutie et rejetée des hommes, invitant à nous interroger sur notre rapport à l'environnement ainsi qu’à notre relation aux autres et à leurs différences. (suite…)

Jeudi de la Collection Lambert

Collection Lambert en Avignon

Programme

Le festival ¡ Viva Villa ! s’est emparé des Jeudis de la Collection Lambert en proposant une sélection de performances, de rencontres et de conférences en lien avec l’exposition « La fin des forêts* »

 
« Let Asphalt Flow ! » Robert Smithson à Rome : du modernisme à la porosité Conférence de Riccardo Venturi le jeudi  24 octobre à 19h Collection Lambert en Avignon Sur inscription : reservation@collectionlambert.com
À Cava di Selce, près de Rome, Robert Smithson (1938-1973) réalise Asphalt Rundown, son premier pouring, une sculpture-happening qui inaugure une nouvelle saison dans sa production ainsi que dans l’histoire de la sculpture. S’agit-il d’un développement radical des Prigioni de Michel-Ange, où l’art maniériste devient un puissant antidote à Clement Greenberg ? De « entropy made visible » (Nancy Holt) ; « sedimentation of the mind » (Smithson) ; « some corners of hell » (Carl Andre) ? Ou d’un passage, comme je le suggèrerai, du modernisme à la porosité ? (suite…)

Jeudi de la Collection Lambert

Collection Lambert en Avignon

Programme

Le festival ¡ Viva Villa ! s’est emparé des Jeudis de la Collection Lambert en proposant une sélection de performances, de rencontres et de conférences en lien avec l’exposition « La fin des forêts* »

      Sous l'arbre à palabres Rencontre avec Seydou Cissé le jeudi 31 octobre à 19h Collection Lambert en Avignon Sur inscription : reservation@collectionlambert.com Cette rencontre sera l'occasion pour Seydou Cissé, membre de la Casa de Velázquez, d'évoquer, à partir de son œuvre Ladjoni (Purification), son processus de création, lequel mêle approche documentaire, arts plastiques et vidéo, afin d'échanger plus amplement sur un thème qui traverse tout son parcours : les liens entre traditions et nouvelles technologies. (suite…)